LES FICHIERS  

Pourquoi plastifier vos visuels ?

La plastification est l'une des meilleures méthodes pour préserver et mettre en valeur vos visuels. Etant plastifiés, vos documents ne risquent plus d'être abimés ou salis (traces de doigts, poussières, déchirures, frottements,...).

La plastification protège partiellement contre les rayons du soleil car la pellicule du film contient des absorbeurs UV agissant comme des filtres qui permettent de retarder l'altération des couleurs d'un visuel surtout lorqu'il est affiché en plein air. 

  parc-traceurs

 

colorimetrie

Que choisir pour vos visuels?

Hormis les papiers photos FineArt, les tissus, les toiles, les baches, tous les supports sont plastifiables à chaud ou à froid selon les caractéristiques de chacun.

Cela dépend du plusieurs éléments et
de vos souhaits :

  1. Quel support souhaitez-vous plastifier ?
  2. Quel rendu souhaitez-vous obtenir ?
  3. Quelle est la destination des visuels ?
  4. Combien de temps doivent-ils tenir ?

Il est important de vous poser toutes ces questions afin de pouvoir vous conseiller et vous apporter la bonne solution.

 

 

Plastification à froid ou à chaud?

La plastification à froid  permet de protéger des visuels imprimés sur des matériaux ne supportant pas la chaleur comme les vinyles.

Les films sont constitués soit de polyester, de polypropylène ou de PVC et possèdent sur la face en contact avec le visuel un adhésif qui polymérise à froid pour obtenir une parfaite adhésion.

Les épaisseurs courantes sont 80 et 125µ avec un rendu mat, satin ou brillant.


La plastification à chaud  est plutôt utilisée pour protéger les photos.

Les film sont constitués de polyester et d'une colle que l'on fait fondre en passant dans des rouleaux chauffants.
Cette technique permet une longévité de la plastification nettement supérieure à celle d'une plastification à froid.

Les épaisseurs courantes sont 42, 75, 125 et 250µ avec un rendu, ultra mat, mat ou brillant ou ultra brillant ou brillant.

colorimetrie  

L'Encapsulage ?

Plastification recto verso du visuel.

Il peut être totalement enveloppé en laissant un débord de film de quelques millimètres sur tout le contour du document, assurant ainsi son étanchéité totale.

Ou le film peut-être coupé à raz du visuel, mais il n'assure pas dans ce cas une étancheité totale.

Vaste débat, ces quelques lignes ont pour but d'essayer de vous familiariser avec la gestion de la couleur pour que les fichiers que vous nous transmettez soient bien interprétés.

 

1°. Percevoir la couleur

Les outils que nous utilisons (par exemple votre moniteur ou votre imprimante) sont de conception différente. De ce fait un même vert , bleu ou rouge ne sera pas nécessairement restitué de la même manière. Concrètement une même image visionnée sur plusieurs moniteurs pourra être plus bleue sur l'un, plus jaune sur l'autre.

Si l'on additionne les différents éléments de la chaine graphique il est fort probable que chacun de part sa conception amènera votre image lors de l'impression à ne pas ressembler du tout à ce que vous souhaitez.

Il est donc important de caractériser chaque élément de la chaine graphique afin que la perception de la couleur soit toujours identique sur n'importe quel périphérique.

C'est pour cela que l'on utilise les Profils ICC

 

2° Obtenir la couleur

Il existe 2 méthodes :

- la méthode additive (RVB pour Rouge-Rert-Bleu)

- la méthode soustractive (CMJ pour Cyan-Magenta-Jaune)

 

La méthode additive est utilisé essentiellement par les périphériques vidéos comme les téléviseurs ou les moniteurs. Quand à méthode soustractive elle est destiné à l'impression. Comme il est dans la pratique difficile d'obtenir un vrai noir on adjoint à cette méthode un noir ce qui se traduit par le la quadrichromie (CMJN)

 

3° la Colorimétrie

Ce terme désigne la manière rigoureuse de qualifier la perception des couleurs. Par extension on parle de gérer la colorimétrie de ses périphériques. Il s'agit de s'assurer qu'un moniteur par exemple lorsqu'on lui demande d'afficher tel bleu restitue bien ce bleu et non un autre.

 

4° le calibrage

Pour obtenir ce résultat tout au long du processus de traitement d'une image chaque périphérique devra donc être calibré. Les couleurs d'un document scanné affichées par votre moniteur vous apparaitront alors identiques à l'œil comparé à sa sortie papier ou son original. Cela vous évitera de corriger ou compnser un couleur qui n'avait pas besoin de l'être.

en fait le calibrage de chaque appareil permet de savoir a quel signal RVB ou CMJN correspond une unique couleur LAB. Cette traduction s'effectue grâce aux profils ICC (International Color Consortium).

 

5° les profils ICC

Pour obtenir un profil, il faut tout d'abord "caractériser" le périphérique à l'aide d'appareils de mesure (colorimètre, spectrophotomètre), de chartes en couleurs normalisées et de logiciels appropriés.

Le profil ICC est une "carte d'identité" colorimétrique qui permet d'appliquer une correction à appliquer à chaque valeur pour que celle-ci soit correctement restituée.

Ainsi, grâce aux profils, il est possible de simuler à l'écran l'aspect d'un document sur n'importe quel périphérique de sortie.

 

En conclusion la base de tout travail est un écran parfaitement calibré. Il s'agit par ailleurs du périphérique le plus simple à calibrer.

 
 
 
 
 
 
 
Pour que vous soyez pleinement satisfait de vos impressions, voici quelques recommandations que nous vous remercions de bien vouloir suivre.

Type de Ficier à fournir :  PDF, TIF, EPS ou JPEG si celui-ci n'est pas trop compressé.
Fichiers EPS : vectoriser les polices et inclure les images avant d'enregistrer en EPS.

Eviter les tailles nécessitant un agrandissement supérieur à 400 % pour l’impression. Surveiller la résolution des images en cas d’agrandissement pour l’impression.
   Fichiers PSD : Nous n'acceptons pas ce format de fichier.
   Fichiers Indesign - Xpress : Il suffit de fournir le fichier source en prenant soin de joindre les images et les polices (fonction assemblage). Il est préférable de mettre du fond perdu. Surveiller la résolution des images en cas d’agrandissement pour l’impression

Support : CD, DVD ou transfert par mail (Maxi 5 Mo) ou FTP.

Format : Echelle 1 ou à ¼ dela taille finale. Au ¼ par exemple, si votre format final est de 4 x 1m, votre page mesure 1 x 0.25m. Ne pas réaliser de format 1/3

Résolution : Elle doit être au minimum de 100 dpi à la taille finale d'impression.
                   (Plus d'informations dans la section Résolution)


Colorimétrie : Tous les fichiers doivent être fournis en CMJN. Seul les fichiers pour tirage photo peuvent être en RVB.
 
Pour un résultat parfait préférez les dégradés réalisés dans Photoshop® en y ajoutant un peu de bruit. 
Evitez les dégradés Xpress® (ou Indesign®...) provoquant des cassures.
Ne pas faire de fond perdu pour les formats supérieur au 50 x 75 cm